Held, Jacqueline

Hugo, Victor

Hyvernaud, André

 

Transformations

 

L'enchanteur Merlin se changea en chien.

Le petit garçon ne dit rien.

 

L'enchanteur Merlin se changea en chat.

Le petit garçon bâilla.

 

L'enchanteur Merlin se changea en chinchilla.

Le petit garçon rebâilla.

 

L'enchanteur Merlin se changea en souris.

Le petit garçon s'endormit.

 

MORALITÉ:

"Il n'y a plus d'enfant "

  

Jacqueline HeId

 

 

 

CHANSON DE GRAND-PERE

 

Dansez, les petites filles,

Toutes en rond.

En vous voyant si gentilles,

Les bois riront.

Dansez, les petites reines,

Toutes en rond.

Les amoureux sous les frênes

S'embrasseront.

Dansez les petites folles,

Toutes en rond.

Les bouquins dans les écoles

Bougonneront.

Dansez. les petites belles,

Toutes en rond.

Les oiseaux avec leurs ailes

Applaudiront.

Dansez, les petites fées,

Toutes en rond.

Dansez, de bleuets coiffées,

L'aurore au front.

Dansez, les petites femmes,

            Toutes en rond.

Les messieurs diront aux dames

Ce qu'ils voudront.

 

Victor Hugo


 

 

 

 

Tempête en mer

 

Comme il pleut ce soir,

N'est-ce pas mon hôte?

Là-bas à la côte,

Le ciel est bien noir,

La mer est bien haute!

On dirait l'hiver;

Parfois on s'y trompe...

Le vent de la mer

Souffle dans sa trompe.

Oh! marins perdus

Au, loin dans cette ombre'

Sur la nef qui sombre

Que de bras tendus

Vers la terre sombre!

Pas d'ancre de fer

Que le flot ne rompe.

Le vent de la mer

Souffle dans sa trompe!

 

 

 

Victor HUGO


 

 

 

 

 

 

Le pêcheur

 

L’homme est en mer. Depuis l’enfance matelot,

Il livre au hasard sombre une rude bataille.

Pluie ou bourrasque, il faut qu’il sorte, il faut qu’il aille,

Car les petits enfants ont faim. Il part le soir,

Quand l’eau profonde monte aux marches du musoir.

Il gouverne à lui seul sa barque à quatre voiles.

La femme est au logis, cousant les vieilles toiles,

Remaillant les filets, préparant l’hameçon,

Surveillant l’âtre où bout la soupe de poisson,

Puis priant Dieu sitôt que les cinq enfants dorment.

Lui, seul, battu des flots qui toujours se reforment,

Il s’en va dans l’abîme et s’en va dans la nuit.

Dur labeur ! tout est noir, tout est froid ; rien ne luit.

 

                                                             Victor Hugo

 

 


Chanson pour faire danser en rond les petits enfants

Grand bal sous le tamarin,
On danse et l'on tambourine,
Tout bas parlent, sans chagrin,
Mathurin à Mathurine,
Mathurine à Mathurin.

C'est le soir, quel joyeux train!
Chatons à pleine poitrine
Au bal plutôt qu'au lutrin.
Mathurin à Mathurine,
Mathurine à Mathurin.

Découpé comme au burin,
L'arbre au bord de l'eau marine,
Est noir sur un ciel serein.
Mathurin à Mathurine,
Mathurine à Mathurin.

Broutant l'herbe brin à brin,
Le lièvre a dans la narine,
L'appétit du romarin.
Mathurin à Mathurine,
Mathurine à Mathurin.

Derrière un pli de terrain,
Nous entendrons la clarine,
Du cheval d'un voiturin,
Mathurin à Mathurine,
Mathurine à Mathurin.

 

                                                                                            Victor Hugo

 


L'hiver

Grêle et vent. la ramée

Tord ses bras rabougris ;

Là-bas fuit la fumée

Blanche sur le ciel gris .

 

Une pâle dorure

Jaunit les coteaux froids

Le trou de ma serrure

me souffle sur les doigts .

 

Victor Hugo

 

 

Demain, dès l'aube...

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

 

Victor Hugo (1802-1885)

Les contemplations

 

 

 

L'aurore en chaperon rose

 

L'aurore en chaperon rose

brin de lune sur les talons

s'en allait offrir à la ronde

sa galette et ses chansons.

 

Mais le loup profile son ombre

avalant galette en premier.

Sauve-toi Chaperon rose

car c'est toi qu'il va croquer.

 

Matin gris matin mouillé

 

Que cette histoire est décevante

il faudra la recommencer

heureusement la terre est ronde

demain c'est le loup -peut-être-

le loup qui sera mangé.

 

André Hyvernaud