Klingsor, Tristan 

Kipling, Rudyard 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BONJOUR MONSIEUR

 Bonjour Monsieur, comment va votre femme?

Fort bien?

Tant mieux.                                                                                

Savez-vous que les roses se fanent autour du rameau trop vieux?                                                            

Bonjour Monsieur.                                                                                     

Savez-vous que la robe bleue est froissée et le ruban blanc fripé?                                                        

Courez vite chez le drapier,                                                                      

Même s’il vente, même s’il pleut:                                                             

Courez donc, Monsieur...                                                                           

 Mur, mur de mes lamentations,                                                                   

Je ne suis pas un homme idéal car je n’emploie pas la bombe à raser Palmolive                                                                                                           

je ne suis pas élégant car je ne m’habille pas au Printemps                                

 je n’ai pas le goût viril car je fume pas Chesterfleld                                       

Je suis voué à être pauvre car, en partant de Chez moi, je ne prends jamais la précaution de vérifier si j’ai pris mes Capsules Bartissol. Il faut toujours avoir ses Bartissol sur soi.                                                                             

 je suis condamné à ne pas aller au théâtre, aux surbooms, bref à ne plus sortir car je n’utilise pas Rexona.                                                                            

Et si je n’aime pas ma femme c’est parce qu’elle ne m’achète pas Kronembourg par six.

Et si je suis finalement un idiot c’est parce que je n’ai pas connu plus tôt l’Ecole Universelle.

Tristan KLINGSOR

 

 

 

 

 

 

 

Le petit bonhomme

 

 

Petit bonhomme s’en va au bois

En sautant à cloche-pied

Avec sa couronne de roi

Et son bonnet de papier.

 

Petit bonhomme traîne sa bosse

Sous son habit de laine,

Et rencontre la fée Carabosse,

Au bras de Croquemitaine.

 

Petit bonhomme leur dit bonjour

Fort poliment, ôte sa marotte,

Veut se sauver et court,

Mais Croquemitaine le met dans sa hotte.

 

Petit bonhomme n’ira plus cueillir la noisette

En sautillant d’un pied léger ;

Le couteau brille ; la broche est prête ;

Petit bonhomme sera mangé.

 

                                              Tristan Klingsor


 

Chanson du chat      

Chat, chat, chat, 

Chat noir, chat blanc, chat gris     

 Charmant chat couché                                                                                 

Chat, chat, chat,                                                                              

N'entends-tu pas les souris                                                                         

Danser à trois des entrechats                                                                      

Sur le plancher?  

Le bourgeois ronfle dans son lit,                                                                   

De son bonnet de coton coiffé,                                                                         

Et la lune regarde à la vitre.                                                                     

Dansez souris, dansez jolies,                                                                     

Dansez vite                                                                                                    

En remuant vos fines queues de fées.

Dansez sans musique tout à votre aise,                                                        

A pas menus et drus,                                                                                       

Au clair de lune qui vient de se lever,                                         

Courez; les sergents de la ville dans la rue                                               

Font les cent pas sur le pavé;                                                                                       

Et tous les chats du vieux Paris                                                      

Dorment sur leurs chaises                                                                     

Chats blancs, chats noirs ou chats gris.

 

Tristan Klingsor

 

 

 

 

Chanson de Jean Brochet

Au bruit clair des battoirs et des chansons

La rivière coule et file sous les saules,

Pour fuir avec sa richesse de poissons,

Les brochets d'argent et les truites folles,

Au bruit clair des battoirs et des chansons

.

Petit Jean Brochet, petit polisson,

Gare au piège qu'on veut te tendre:

Les pêcheurs te pêcheront pauvre petit poisson;

N'écoute pas la Marion qui se fait si tendre

Au bruit clair des battoirs et des chansons.

Si tu veux, joli Jean, joli poisson,

Frire en la poêle de Marion dont les mains se gercent,

Prends bien garde aux filets et aux hameçons

Qui pendent de la barque qui se berce

Au bruit clair des battoirs et des chansons.

TRISTAN KLINGSOR

 

 

 

Chanson du chat      

Chat, chat, chat,                                                                                                         

Chat noir, chat blanc, chat gris                                                            

Charmant chat couché                                                                                

Chat, chat, chat,                                                                             

N'entends-tu pas les souris                                                                                     

Danser à trois des entrechats                                                                                     

Sur le plancher?  

Le bourgeois ronfle dans son lit,                                                                      

De son bonnet de coton coiffé,                                                                  

Et la lune regarde à la vitre.                                                                                          

Dansez souris, dansez jolies,                                                                                                 

Dansez vite                                                                                                                

 En remuant vos fines queues de fées.

Dansez sans musique tout à votre aise,                                                                             

A pas menus et drus,                                                                                            

Au clair de lune qui vient de se lever,                                                          

Courez; les sergents de la ville dans la rue                                                                    

 Font les cent pas sur le pavé;                                                                                      

Et tous les chats du vieux Paris                                                                           

Dorment sur leurs chaises                                                                                        

Chats blancs, chats noirs ou chats gris.

 

Tristan Klingsor

 

 


Chanson de Jean Brochet

Au bruit clair des battoirs et des chansons

La rivière coule et file sous les saules,

Pour fuir avec sa richesse de poissons,

Les brochets d'argent et les truites folles,

Au bruit clair des battoirs et des chansons

.

Petit Jean Brochet, petit polisson,

Gare au piège qu'on veut te tendre:

Les pêcheurs te pêcheront pauvre petit poisson;

N'écoute pas la Marion qui se fait si tendre

Au bruit clair des battoirs et des chansons.

Si tu veux, joli Jean, joli poisson,

Frire en la poêle de Marion dont les mains se gercent,

Prends bien garde aux filets et aux hameçons

Qui pendent de la barque qui se berce

Au bruit clair des battoirs et des chansons.

TRISTAN KLINGSOR

 

 

Si...

 

(en version anglaise: If...)

Si tu peux rester calme alors que, sur ta route,
Un chacun perd la tête, et met le blâme en toi;
Si tu gardes confiance alors que chacun doute,
Mais sans leur en vouloir de leur manque de foi;
Si l'attente, pour toi, ne cause trop grand-peine:
Si, entendant mentir, toi-même tu ne mens,
Ou si, étant haï, tu ignores la haine,
Sans avoir l'air trop bon, ni parler trop sagement;

Si tu rêves, - sans faire des rêves ton pilastre;
Si tu penses, - sans faire de penser toute leçon;
Si tu sais rencontrer Triomphe ou bien Désastre,
Et traiter ces trompeurs de la même façon;
Si tu peux supporter tes vérités bien nettes
Tordues par les coquins pour mieux duper les sots,
Ou voir tout ce qui fut ton but brisé en miettes,
Et te baisser, pour prendre et trier les morceaux;

Si tu peux faire un tas de tous tes gains suprêmes
Et le risquer à pile ou face, - en un seul coup -
Et perdre - et repartir comme à tes débuts mêmes,
Sans murmurer un mot de ta perte au va-tout;
Si tu forces ton coeur, tes nerfs, et ton jarret
A servir à tes fins malgré leur abandon,
Et que tu tiennes bon quand tout vient à l'arrêt,
Hormis la Volonté qui ordonne : << Tiens bon ! >>

Si tu vas dans la foule sans orgueil à tout rompre,
Ou frayes avec les rois sans te croire un héros;
Si l'ami ni l'ennemi ne peuvent te corrompre;
Si tout homme, pour toi, compte, mais nul par trop;
Si tu sais bien remplir chaque minute implacable
De soixante secondes de chemins accomplis,
A toi sera la Terre et son bien délectable,
Et, - bien mieux - tu seras un Homme, mon fils.

Rudyard Kipling

(Traduction de Jules Castier)