Lapointe, Boby
A. Laponne 
Larbaud, Valéry
Lasa, Catherine de 
Leard, Annaïk Le 
Lebon, Patrick 
Leconte de Lisle
Leroux, Marilyse 
 
 
 
 
 

 
 
Le poisson fa

 

Il était une fois
Un poisson fa.
Il aurait pu être poisson-scie,
Ou raie,
Ou sole,
Ou tout simplement poisseau d'eau,
Ou même un poisson un peu là,
Non, non, il était poisson fa :
Un poisson fa,
Voilà…

               Boby Lapointe


 

 

Gourmandise

J'étais allé chez l'épicier
Acheter
Du café, du savon, del'huile
Ou bien des allumettes.

En passant devant le comptoir
J'ai pu voir
Des caramels et des sucettes,
Peut-être cent, peut-être mille !

Mais alors, je n'ai plus pensé
A ce qu'il fallait acheter
Et j'ai demandé tout bas
Un kilo de chocolat.

A. Laponne


L’Ancienne Gare de Cahors

 

 Voyageuse! ô cosmopolite à présent

Désaffectée, rangée, retirée des affaires.

Un peu en retrait de la voie,

Vieille et rose au milieu des miracles du matin,

Avec ta marquise inutile

Tu étends au soleil des collines ton quai vide

(Ce quai qu'autrefois balayait

La robe d'air tourbillonnant des grands express)

Ton quai silencieux au bord d'une prairie,

Avec les portes toujours fermées de tes salles d'attente,

Dont la chaleur de l'été craquèle les volets...

O gare qui as vu tant d'adieux,

Tant de départs et tant de retours,

Gare, ô double porte ouverte sur l'immensité charmante

De la Terre, où quelque part doit se trouver la joie de Dieu

Comme une chose inattendue, éblouissante 

Désormais tu reposes et tu goûtes les saisons

Qui reviennent portant la brise ou le soleil, et tes pierres

Connaissent l'éclair froid des lézards; et le chatouillement

Des doigts légers du vent dans l'herbe où sont les rails

Rouges et rugueux de rouille,

Est ton seul visiteur.

L'ébranlement des trains ne te caresse plus :

Ils passent loin de toi sans s'arrêter sur ta pelouse,

Et te laissent à ta paix bucolique, ô gare enfin tranquille

Au coeur frais de la France.

 

Valéry Larbaud 

 

 

 

  Clarté d’hiver

 

Noêl s’est nourri de miel

De brioche et de lumière

Il a trempé dans la crème

Chaque grelot d’herbe claire.

Mille mille cloches neigent

Aux quatre coins de l’hiver

Et toute la maison rêve

Dès qu’on ouvre la fenêtre.

 

Catherine de Lasa

 

Quand la neige tombe,

Est-ce une colombe

Qui secoue au vent

Son plumage blanc?

Ou tout un cortège

De blancs perce-neige

Qui suit en dansant

Le Prince Charmant?

 

Annaïk Le Leard

 

 


 

 

 

Le poisson

Un petit poisson, un petit poisson

Qui vivait d' eau fraiche

Un petit poisson, un petit poisson

Qui n' aimait pas la pêche...

Il remonta la riviere

En sautant par dessus les piérres ,

_" Ne serait- ce pas un saumon

qui aime tant faire des bonds?"

Ah Ah la belle aubaine!

Facile à attrapper!

Ah non Albert!

Ca coùte trop cher!

PATRICK LEBON


Les Elfes

 

Couronnés de thym et de marjolaine,

Les Elfes joyeux dansent dans la plaine.

Du sentier des bois aux daims familier,

Sur un noir cheval, sort un chevalier.

 

Son éperon d'or brille en la nuit brune

Et quand il traverse un rayon de lune,

On voit resplendir d'un reflet changeant,

Sur sa chevelure un casque d'argent.

 

Leconte de Lisle

 

 

Feuilles perforées

Feuilles perforées
quadrillées
spiralées
prêtes à peindre
ou à dessiner
Entre toutes ces feuilles
qui tournent
tant de visages
nouveaux
à déplier

Marilyse LEROUX