Urbain, Jacques 

Uriet, Albert 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE PERE MATHIEU

 

C'était un vieux

Un très vieux travailleur

Avec un front rude comme sa peine

Avec un regard simple comme son histoire

Avec des épaules lasses comme sa fatigue

C'était un vieux

Un très vieux travailleur

 

Avec des mains dures comme son métier

Avec des yeux clairs comme l'honnêteté

Et quand il vous disait les mots

Compagnon travail salut

Ces mots étaient plus beaux

Que tous les mots d'amour

Pour qui sait comprendre

La vie d'un vieux

D'un très vieux travailleur

Jacques Urbain

 


 

Les yeux du chat

  ux dans les siens

Ne les laisse pas t’échapper.

Très lentement, tu vas glisser

Dans l’eau dorée de ce regard,

Glisser sans fin jusqu’à

T’anéantir dans son immensité.

 

Regarde bien les yeux du chat.

Bientôt tu seras devenu,

Sans le savoir, le chat lui-même,

Les yeux du chat qui te regarde.

Albert Uriet